David Saforcada pour 2017.

15 février 2017

L'adoption du CETA est une forfaiture !

agri en dangerC'est avec une colère contenue que je condamne l’adoption, aujourd’hui, de l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada. Comment peut on à ce point vouloir le pire ?

Avec mes compagnons de France Bonapartiste, nous nous désolons de voir la grande majorité des députés Européens dire oui au CETA. Des députés qui ont, une nouvelle fois, cédé aux sirènes du libre-échange le plus fou.

A l’heure où nos agriculteurs connaissent une des périodes les plus sombres de leur histoire récente, à l’heure où il faudrait penser à construire, entre autre, une exception agriculturelle, les 24 députés Français, qui ont voté pour ou qui se sont abstenus, n’ont montré que mépris envers ceux-ci mais aussi vis-à-vis de l’ensemble de la population française.

En cédant ainsi aux sirènes de l’ultra-libéralisme contre leur propre peuple, ces 24 députés me font penser à ces parlementaires qui un jour de 1940 donnèrent les pleins pouvoirs à un vieux maréchal.

Le cancer n’aura pas la peau de nos enfants !

En cette journée internationale du cancer de l’enfant, je souhaite adresser mes mots les plus chaleureux et les plus sincères, à l’attention de celles et ceux qui se battent avec force et courage chaque jour et malgré leur jeune âge, face à une maladie qui tente de voler leur innocence.

Pour mémoire le cancer pédiatrique c’est environ 1700 enfants touchés par un cancer chaque année et 500 qui en décèdent faute de traitements adaptés.

Il s’agit malheureusement de la première cause de mortalité des enfants par maladie. La situation est d’autant plus alarmante que seulement 2 % des fonds pour la recherche sur le cancer – si ce n’est moins – sont consacrés aux différents cancers de l’enfant. Ils sont donc les grands oubliés de la recherche médicale.

Au-delà de ces chiffres alarmants, ce sont surtout des enfants mais aussi et bien sûr des familles qui souffrent chaque jour, qui combattent ensemble et avec vigueur, cette maladie impalpable qui a changé leur quotidien.

Alors je voudrais humblement dire à toutes ces personnes concernées, qu’on ne les oublie pas. Je m’associe à leur combat et souhaite qu’en ce jour particulier nous les entendions et nous les soutenions dans leur combat afin qu’ils ne se sentent pas abandonnés.

Nous pouvons et nous devons faire évoluer les choses. Encore et toujours, il faut croire et oser !

Posté par david saforcada à 06:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

11 février 2017

Bobigny, Théo otage de la violence ...

Bobigny, 11 février 2017, nous a montré qu’il y a un monde dans la perception du slogan « justice pour Théo ». Pour une majorité, il s’agissait aujourd’hui de participer à une manifestation pacifique. Pour une minorité, toujours la même, il s’agissait d’un nouveau prétexte pour casser, brûler et maintenir la pression.

Voitures incendiées, dégradations en tous genres, il n’y a eu que notre ministre de l’intérieur pour ne pas avoir anticipé ce qui est arrivé, peut être que ses services ne sont pas sur les réseaux sociaux. Réseaux sur lesquels on a pu voir fleurir les appels à la violence venant des antifas, des « jeunes » des quartiers et autres « racialistes ».

Une fois encore, un ministre aux abonnés absents alors même qu’une fillette a faillit brûler vive sans l’intervention des forces de l’ordre. Ces mêmes forces de l’ordre vilipendées, prises pour cible tant par les voyous que par certains médias ou certains Politiques, tous n’hésitant pas l’amalgame que d’habitude ils condamnent.

Face à « l’affaire Théo » je suis dans le même état d'esprit que lors de l'affaire des viols en République Centre Africaine, imputés à des militaires Français. Je veux dire par là qu'il faut attendre les conclusions de l'enquête avant de dire n'importe quoi, dans un sens comme dans l'autre. Ce dont je suis sûr, et je l’assume, si coupables il y a, ceux-ci devront être sanctionnés et ce de façon exemplaire. Tout comme doivent être sanctionnés TOUS les délinquants et criminels.

Quoi qu'il en soit, je soutiens les forces de l'ordre qui font un travail éprouvant pour maintenir l'autorité sur l'ensemble du territoire.

Posté par david saforcada à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 février 2017

Il faut nationaliser STX France !

Dans le dossier de rachat de STX France par l’Italien Fincantieri, le gouvernement français vient encore de jouer « petit bras » et nous allons peut-être en payer le prix. La France, celle de messieurs Hollande et, pour le coup, Sirugue (secrétaire d’Etat à l’industrie), était prête à laisser une majorité relative aux Italiens dans l’espoir que ceux-ci disent oui avec l’entrée dans le capital des armateurs RCCL et MSC. La réponse n’a pas tardé « la majorité absolue et rien d’autre » !  Un camouflé infligé par Rome à Paris …

Actuellement, l’Agence des Participations de l’Etat détient 33,34% des parts de STX France et Fincantieri n’a pas encore payé pour le rachat des 66,66% détenus par STX Offshore. Si nous avions un Président à poigne et des Politiques baigné dans le patriotisme économique et la souveraineté nationale, la France ferait valoir le décret « de Villepin » datant de 2005 qui permet à l'Etat de réglementer les investissements étrangers.

La France ne doit pas céder son indépendance et ses fleurons. Elle ne doit pas avoir une vision à court terme. Il faut donc nationaliser, même temporairement, STX France !

On est bien loin de l'Africakorps ...

Depuis quelques jours, dans le cadre de l’OTAN, un bataillon de l’armée allemande, la Bundeswehr, s’est déployé en Lituanie. Déploiement face à une menace, potentielle (fantasmée ?), que la Russie de M Poutine ferait peser sur ses voisins.

Depuis l’opération Serval, la France lutte au Sahel, 3500 hommes actuellement, contre la menace, réelle, islamiste. Il ne me semble pas que l’ennemi combattu sur ce théâtre d’opération concerne l'Europe et donc il me semblerait logique que tous les pays européens se sentent concerné "en haute intensité".

Ce bataillon aurait toute sa place en Afrique pour lutter aux côtés de nos troupes.L'Allemagne avait promis 1000 pour le Mali, dans le cadre de la mission des Nations unies (MINUSMA), ils ne sont actuellement que dans les 250.

Quelle est donc la vision stratégique allemande ? Comme tout au long de son histoire, va-t-elle uniquement porter son regard vers l’Est ? Cette attitude me conforte dans mon idée, déjà vieille et confirmée par mon expérience en ex-Yougoslavie, que l’Europe de la défense est une chimère mais plus encore que l’Union Européenne est un piège pour notre pays qui n’a pas la même vision internationale que les « états centraux ».

Posté par david saforcada à 17:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 février 2017

Rediriger l'épargne vers l'entreprise de proximité

Les TPE et les PME françaises sont en manque chronique de liquidité et de capacité d'investissement. Cette situation est due à la faiblesse des capitaux propres, c'est à dire de l'argent apporté par les associés et les actionnaires. La plupart des entreprises sont créées avec un faible capital initial et les associés sont peu incités à investir davantage.

Il est actuellement plus avantageux de prêter à l'état via les assurances-vie à 1,5% que d'investir dans une entreprise locale à des taux de rendements très supérieurs. L'absence d'un actionnariat privé dynamique et plus encore, l'absence d'une politique d'encouragement à l'investissement direct dans les entreprises limitent la croissance de l'économie réelle et donc la création d'emploi.

L'épargne française est d'abord un outil gouvernemental pour financer son déficit permanent et sa politique sociale. L'épargne des plus modestes est orientée vers les livrets A et les livrets d'épargne qui ne rapportent rien et qui ne financent pas l'économie réelle et marginalement des programmes immobiliers sociaux. L'épargne des classes moyennes et aisées est routée vers l'assurance-vie, c'est à dire prêtée à l'état, en raison de ses avantages fiscaux lors des successions.

L'assurance-vie représente le premier instrument d'épargne en France avec un montant supérieur collecté à 1 600 milliards d'euros (source : AFA - Ass. Française de l'Assurance). L'essentiel des montants sont placés sur des fonds en euros, c'est à dire prêtés à l'état à des taux très faibles.Ainsi, les français qui paient le plus d'impôts sont aussi ceux qui prêtent le plus généreusement à un état incapable de maîtriser la dépense publique. Pire encore, la loi Sapin 2 votée sous le gouvernement de Manuel Valls, autorise le gouvernement, via les banques et les assurances, a interdire les retraits des comptes assurance-vie, rendant impossible la récupération des montants épargnés. Cela revient ni plus ni moins à un vol des épargnants, aucun recours favorable aux épargnants n'étant prévu si de telles mesures devaient être mise en œuvre. D'un autre côté, les montants collectés sur les comptes assurance-vie par les banques et les assurances mais jamais reversés à des ayants droits sont évalués entre 10 et 30 milliards d'euros.


En annulant la fiscalité des montants investis dans les TPE et les PME non cotées, les épargnants français pourraient choisir entre prêter à l'état français ou prêter à des entreprises privées. Cet investissement pourrait prendre la forme d'actions ou d'obligations, assorties d'un avantage fiscal immédiat à hauteur de 50% du montant investi. Les retraits des comptes assurance-vie au profit d'investissement direct dans les entreprises seraient rendus possibles et immédiat.


Des mesures incitatives prises localement, au plus près de l'économie réelle, permettraient aux entrepreneurs de trouver des capitaux qui amélioreraient leurs bilans, provoquant un effet de levier en augmentant leurs capacités d'emprunt. En dérivant 5% de l'épargne collectée sous forme d'assurance-vie vers l'économie réelle et de proximité, il serait possible de drainer 50 à 100 milliards d'euros vers les TPE et les PME, provoquant un effet de levier sur les capacités d'emprunt de 50 à 100 milliards d'euros. Il est infiniment plus efficace de prêter à un entrepreneur proche, ami, famille ou voisin, que de prêter à un état inefficace et de moins en moins fiable.

Le risque inhérent à l'investissement direct dans les entreprises resterait inchangé mais serait en partie compensé par les avantages fiscaux immédiats et ultérieurs. Si l'on considère le risque de perte totale que représente la loi Sapin 2, les risques sont désormais moindre en investissant localement qu'en prêtant à l'état français. Pour un coût marginal pour la collectivité nationale, si ce n'est la diminution des prêts des particuliers à l'état lui-même et la réduction partielle des montants collectés par l'impôt sur le revenu, les épargnants pourraient utilement améliorer le rendement de leurs placements avec un impact fort et immédiat sur l'économie locale.

Le déplacement de 100 à 200 milliards d'euros vers l'économie réelle permettait une nouvelle dynamique dans l'économie nationale et de proximité.

André Pagnac, chef d'entreprise, conseiller économique de David Saforcada

André Pagnac avec David Saforcada

pagnacAndré Pagnac apporte son soutien politique et amical à David Saforcada dans sa campagne pour l'élection présidentielle et les élections législatives à suivre.

Il précise à cette occasion "Outre l'intégrité et l'engagement pour la France de David Saforcada, sa candidature rappelle que chaque français est légitime pour défendre, organiser et redresser le pays. Les gouvernements successifs et le dernier gouvernement socialiste n'ont eu de cesse que de pervertir la constitution. Ils ont organisé la sélection et la discrimination en pervertissant les règles permettant de se porter candidat. Un régime de partis corrompus s'est installé progressivement, prenant des décisions contraires à l'intérêt et à la volonté du peuple de France. Les maires de France sont désormais les seuls à pouvoir encore garantir la pluralité des candidats. Le parrainage des candidatures telles que celle de David Saforcada est le seul signe tangible de liberté d'opinion et d'insoumission à la nouvelle forme de totalitarisme ambiant."
*Chef d'entreprise, André Pagnac est notamment l'un des fondateurs et PDG d'Actimagine qui deviendra Mobiclip par la suite (bien connu dans le domaine des jeux vidéoentre autre).

Posté par david saforcada à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Lutter contre la pollution lumineuse.

Il est important de s'attaquer au problème de la pollution lumineuse. En effet celle-ci pose des problèmes environnementaux et de santé publique en plus de rendre plus difficile le travail de nos astronomes.

Il est maintenant reconnu scientifiquement par l'Organisation Mondiale de la Santé que le dérèglement de l'horloge biologique peut causer de nombreux problèmes de santé, allant de l'insomnie au cancer en passant par la dépression, le diabète et l'obésité. Ce dérèglement est souvent lié à la perturbation d'une hormone fondamentale : la mélatonine, sécrétée lorsque nous dormons, en l'absence complète de lumière. La nuit est essentielle à notre vie. Des études ont montré que l'absence de nuit avait des effets négatifs sur la Faune et la Flore.

L'ONU prévoit à déclarer le ciel comme "patrimoine mondial de l'humanité". Il faut donc être à l'avant garde dans ce combat.

Le développement de l'implantation d'éclairages LED ambres 1800k nous permettra non seulement de réduire la pollution lumineuse mais nous permettra également de faire de grandes économies d'énergie. Il est à noté aussi que les conditions de travail de nos astronomes seront améliorées.

Les mesures à prendre :

- Faire un grand plan national d'éclairage public alternatif. Il faut remplacer tous nos éclairages actuels par des éclairages LED ambres dont le flux lumineux est orienté vers la surface à éclairer. Tous les éclairages publics froids sont à interdire. La lumière bleue est la plus dommageable pour le voilement des étoiles.

- Réduire l'intensité de l'éclairage qui est actuellement excessive.

- Ces nouveaux éclairages seront impérativement fabriqués en France. Nous pouvons nous appuyer pour cela sur la société Ledpower (100%"fabriqué en France") par exemple.

- Interdire l'installation des panneaux led publicitaires dans toutes les villes de France.

 

06 février 2017

Entre trahison et vide sidéral, il y a Macron

Par Alexandre Mandil, responsable du projet économique de David Saforcada 2017, membre du Conseil National Bonapartiste.

 

La vente d’Alstom à Général Electric, sous la responsabilité d’Emmanuel Macron, est une des pires trahisons industrielles de ces dernières années. Et pourtant, le silence médiatique est assourdissant sur ce sujet (comme il l'est sur les 2/3 affaires qui le touchent, en comparaison avec Fillon).

Je suis assez dépité quand je vois le nombre de personnes qui soutiennent Macron sans se poser aucune question de fond. Il est assez ridicule de soutenir un homme, sans connaître son programme. Le degré zéro de la politique.

Alors pourquoi un tel engouement des médias et ce record de Unes ?

1/ Par bêtise : Macron est jeune et bien habillé. (C'est l'argument numéro 1 pour 80% de ses soutiens). Le candidat cool quoi. Absurde.

2/ Dans ses meetings, des phrases objectivement creuses : il n'annonce pas grand choses et ne dit rien. Mais justement, c'est ce qui convient au reste de ses soutiens (médias, financiers...). Avec lui, pas de changement du système. 8 milliardaires détiennent autant que les 50% les plus pauvres ? Lui il s'en tape. C'est le modèle Pascal Lamy / Trichet. La mondialisation financière c'est hype : l'industrie et l'entrepreneuriat c'est dépassé en Occident les gars, faut savoir s'adapter hein ! Les professions libérales, comme les ouvriers, les salariés ou les agriculteurs, on s'en balance. Et je prends les paris qu'il n'y aura rien de neuf dans son programme.

L'égoïsme de classe des cadres libéraux-démocrates endogames des centres villes heureux d'avoir quelques miettes ne m'etonne pas. Eux leur truc c'est les services 3.0 (je ne méprise pas, c'est aussi ma spécialité comme avocat, sauf que ça ne suffit pas). Et la diversité, aussi. Pour le ménage, les ubers ou la livraison de sushi. Mais vous ne la verrez ni la où ils bossent, ni la où ils sortent (je le sais, c'est aussi mon quotidien). Mais ces égoïstes là, ces hypocrites là, ils représentent 10 à 15% de l'électorat.

Par contre, la bêtise des gens sincèrement de gauche qui en 2012 votaient naïvement Hollande pour le changement, la taxe 75%, la renégociation du traité budgétaire et "mon ennemi c'est la finance" et qui en 2017 comptent voter pour le choix de Pierre Gattaz, Attali, Minc, Pierre Bergé et les grands médias, ça, ça me sidère.

S'il y a bien un truc que je ne peux pas supporter, c'est la bêtise des gens qui s'arrêtent à l'apparence d'un homme politique : "il est jeune, il est cool, il est moderne : je vote pour lui, on est en 2017 quoi lol".

 

Posté par david saforcada à 06:26 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 février 2017

des JO en français, sinon rien ...

Les défenseurs de Paris 2024, qu’ils soient sportifs, politiques ou membres de la « société civile », devraient se rappeler le refondateur des J.O. de l’ère moderne était français et que la langue officielle des J.O. est le français. Ils devraient ne pas oublier que l’article II de la Constitution dispose que « la langue de la République est le français » et que la loi Toubon de 1994 dispose pour sa part que « le français est la langue de la République ».

L’intérêt pour la France de ces J.O. parisiens doit être, bien entendu, de promouvoir le sport, mais aussi la culture et le patrimoine de la France, dont la langue française est le cœur. Cette langue qui ne concerne pas seulement la France mais qui porte un caractère international comme en témoigne l’existence de la Francophonie internationale. Omettre cette réalité et céder au « tout anglais », c’est donner l’impression d’être prêt à se vendre à n’importe quel prix pour obtenir la manne commerciale des J.O. …

Si le vrai but de l’opération « les J.O. à Paris » n’est pas de promouvoir notre pays, sa langue et sa culture, mais tout au contraire de nier la langue française et tout ce qu’elle porte de l’identité républicaine de la France, je me joins avec plaisir à tous les résistants qui disent clairement ceci :

« Nous préférons Paris en français et sans les J.O. aux J.O. à Paris sans le français et contre le français. »

Posté par david saforcada à 09:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,