David Saforcada pour 2017.

26 juillet 2016

Laissons parler les "yakafoquon"

Mes pensées vont bien entendu aux victimes de la prise d'otages de Saint-Etienne-du-Rouvray. Je tiens à saluer la mémoire du père Hamel lâchement assassiné. Je tiens  aussi à remercier les forces de sécurité qui ont mis fin à cette action terroriste.

Nous avons là la preuve que l'ennemi peut frapper où il veut et quand il veut. Le mode d'action(s) que préconise Daech étant à la portée de n'importe quel dégénéré. Cela nous montre les limites de l'opération Sentinelle qui est "bonne" à faire du nombre dans les grandes villes mais qui ne change pas la donne ailleurs sur le territoire.

Je ne vais pas, nous n'allons pas, rentrer à nouveau dans des polémiques sans fin, faisant le jeu de nos ennemis : "on vous avez dit que...", "si vous aviez fait ça...", "nous on aurait ..." Tout cela n'est que du blabla indécent. Les, nos, solutions de "réaction" nous les proposons depuis longtemps et nous savons très bien qu'il ne faut pas compter sur le gouvernement actuel, ni d'ailleurs sur une grande partie de la Droite et du Centre, pour les mettre en place,

Alors sans entrer dans les polémiques mais sans concessions nous allons continuer à les porter, nous allons continuer à nous battre pour qu'au bout on gagne cette guerre !

Posté par david saforcada à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

Plus Favre que Niel...*

Niel

En 1866 après la victoire de la Prusse sur l’empire Austro-hongrois, Napoléon III pris toute la mesure de la menace que représentait le royaume allemand mais aussi et surtout le politique agressive de son chancelier Bismarck. Il demanda donc qui soit étudiée immédiatement une modernisation des armées, tant effectif qu’en matériels. Le maréchal Randon, puis le maréchal Niel furent chargés de cette importante mission. Je ne rentrerai pas dans les détails de la loi, dite « Niel » qui fut défendu par le maréchal devant l’Assemblée. Je vous dirai juste que cette loi fut toute vidée de sa substance par des députés plus préoccupés de leur réélection que de la défense de la nation.

Ce rappel historique est nécessaire car je suis persuadé qu’il en serait de même dans la France d’aujourd’hui s’il venait l’idée à un chef de l’Etat courageux d’oser faire présenter par son gouvernement une loi de « programmation militaire » visant à porter le budget de celle-ci à plus de 2,5%, voire même simplement à plus de 2% du PIB (un budget somme toute « normal » pour une puissance comme la France et ce encore plus à l’époque actuelle). En effet, un tel effort financier ne pourrait se concevoir qu’en osant s’attaquer à d’autres budgets, à des modes de fonctionnements « politiques » et donc de soulever certaines oppositions que beaucoup de nos Politiques, députés et autres élus ne sont pas prêts à affronter.

Tant qu’il s’agit de faire quelques gesticulations, de faire du saupoudrage, de jouer les matamores, ils sont là, tant à l’Assemblée qu’au Sénat. Ils peuvent, que risquent-ils ? Rien tant l’alternance est actée pour faire fonctionner à plein le jeu des chaises musicales jusqu’à la prochaine fois mais que vienne le Président à poigne, le ministre de la Défense « couillu » et on changera de partition. Qu’importe qu’il faille protéger la nation face à l’ennemi, aujourd’hui islamiste, peut être autre demain, il sera plus important de protéger son siège. Qu’importe qu’il faille lutter ici ou ailleurs avec des effectifs réduits, des matériels hors d’âge, du moment qu’on affronte pas la CGT et FO déchainées dans les rues de France.

Ils sont nombreux, trop, à avoir oublié voire même à ne pas connaitre cette citation de Napoléon 1er  «Un pays ne manque jamais d'hommes pour résister à une invasion ou soutenir une grande guerre, mais il manque souvent de soldats». Et de matériels nous pourrions rajouter.

*1870, la vérité.

Posté par david saforcada à 08:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

25 juillet 2016

Le "carnaval" de Nice ...

Attentat de Nice. Il ne sert à rien de verser de l’huile sur le feu, de rajouter de la polémique à la polémique, de la rumeur à la rumeur. Depuis quelques jours on peut « compter les points » entre gouvernement et opposition, entre M Cazeneuve et M Estrosi, entre police nationale et police municipale, etc …  Mais où sont le respect et la compassion envers les victimes du 14 juillet ? Où est cette classe politique digne qui doit montrer l’exemple ? Elle n’est surement pas ici en France …

Heureusement que dans toute cette tempête politico-médiatique le procureur François Molins tire le « débat » vers le haut en faisant preuve du plus grand professionnalisme.

Ce que l’on imagine, ce dont on se doute, ce que l’on sait, c’est qu’il y a eu des erreurs de faites tout autant au sein des services nationaux de sécurité qu’au sein de la municipalité de Nice. Il y a des nombreuses questions qui demandent des réponses – effectifs sur le terrain, utilisation de la vidéo en amont et le 14 juillet, protection du site, etc … L’enquête le dira tout comme pourra le dire la commission d'enquête parlementaire lorsque celle-ci verra le jour.

Il est loin le temps des Politiques responsables qui, ayant échoué dans leur mission, auraient donné leur démission. Il est loin le temps où nous avions un Chef de l’Etat capable de nettoyer cette chienlit. Il est loin le temps où nos Politiques avaient le sens de l’Etat et non l’état de leur posture …

Posté par david saforcada à 12:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

22 juillet 2016

Il faut une stratégie globale pour reprendre les territoires perdus de la République.

quartiers

Le ministre Patrick Kanner nous a parlé, il y a quelques semaines, de plusieurs Molenbeeck sur le territoire national aux quels il faut rajouter, lorsqu’ils ne sont pas superposés, ce qui est rare, les quartiers touchés par une forte délinquance. Communautarisme religieux et/ou ethnique, pauvreté, recul de l’instruction, sont le cocktail qu’il nous faut combattre afin d’éviter une totale perte de ces zones.

Nous laisserons de côté la question économique proprement dite qui n’est pas une spécificité propre aux quartiers perdus de la République, il suffit de se promener dans ce que l’on nomme la France périphérique pour se rendre compte que la paupérisation est présente partout. Cette question économique est à prendre dans une politique plus globale même s’il ne faut pas l’oublier.

Depuis des années, par clientélisme électoral, par lâcheté, par aveuglement, par je-m’en-foutisme et par ignorance, beaucoup de nos Politiques, nationaux et locaux, ont abandonné l’idée d’unité nationale. Cette unité nationale qui se construit par l’instruction, par la sécurité, par l’égalité, par l’histoire, par le respect, a été déconstruite pierre par pierre et a laissé place non plus à un sentiment d’abandon mais à l’abandon tout court de l’idée France. Cette situation nous amène, doucement mais sûrement, vers une explosion, un choc entre « ceux des quartiers » et les autres. Ce choc ne pourra être évité que si l’on change de logiciel, que si l’on remet l’objectif de l’intégration en première ligne. Une intégration qui ne pourra se construire qu’avec une reconquête du terrain et des esprits. L’Etat doit contre-attaquer et reprendre la main, pour ne plus la perdre, dans tous les quartiers dits difficiles …

Il faut reprendre pour ainsi dire à l’envers le travail des délinquants et des islamistes dans les quartiers. Ils terrorisent ? À nous de rassurer. Ils désorganisent ? À nous de réorganiser. Ils brisent le ressort des populations pour les empêcher de s’intégrer ? À nous de leur rendre le goût et la possibilité de résister. Et si pour cela on inventait le Service d’Action Sociale et Civique.

La création de ce service, coordonné par le Préfet, qui viendrait en complément des mesures spécifiques de sécurité que j'ai déjà évoqué , peut s’imaginer sur un socle de personnels de l’éducation nationale, des forces de « sécurité » et de la justice, des services sociaux, encadrant un personnel volontaire issue des « jeunes » retraités de l’institution militaire auxquels viendraient se joindre, pour des missions plus ou moins temporaires, des personnes de l’ensemble du monde du travail. Tous capables d’apporter savoir faire, rigueur et cohésion.

Les SASC serait installés dans tous les quartiers connus pour leurs problèmes de sécurité et communautarisation.

Posté par david saforcada à 17:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 juillet 2016

Loi Travail, le "49.3" arrange tout le monde.

loi

Les frondeurs n’auront jamais aussi peu frondé qu’aujourd’hui avec le troisième passage en force de Manuel Valls sur la Loi Travail. Cette fois-ci, ils n’auront même eu l’idée (et la force ?) de déposer une motion de censure contre le gouvernement. Ils se contenteront d’une tribune de protestation …2017 année de possible réélection pour beaucoup.

Mais il ne faut pas être naïf, la Droite elle aussi se satisfait de ce nouveau « 49.3 » qui évite bien des débats et donc évite de montrer, à quelques mois des élections 2017, le visage ultra libéral d’une majorité d’élus du parti de M Sarkozy. Il suffit de regarder le texte de loi proposé par le Sénat pour comprendre ce qui attend les salariés si la Droite libérale « orléaniste » l’emporte l’année prochaine.

Cette loi a été une mauvaise loi dès sa première mouture et nous a montré l’amateurisme, mais aussi la servilité, de ceux qui nous gouvernent.

Amateurisme d’une loi mal étudiée, mal « ficelée ». Servilité car dictée par le Medef et ce malgré certaines reculades qui sont venues après. La première chose que devra faire un gouvernement patriote et social sera d’abroger cette loi et de construire une véritable réforme en consultant l’ensemble des acteurs concernés.

Pour moi, la pierre angulaire de la réforme ne peut être que la mise en place de la véritable Participation et la défense de nos entreprises par un véritable patriotisme économique.

Posté par david saforcada à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 juillet 2016

Changer de stratégie ? C'est indispensable.

Une de mes connaissances m’a fait parvenir un courrier, fort intéressant sur la situation actuelle que connait notre pays, dont je vous livre la conclusion :

« « Le choix d’une stratégie de défense et de tout ce qu’elle implique est de la responsabilité du seul Président de la République, celui d’hier, l’actuel et le prochain. C’est en effet le Président qui, selon la constitution, est le  "garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire ». C’est le seul homme au monde devant lequel s’inclinent Drapeaux et Etendards parce que, toujours de par la constitution, il est le chef des armées. La nation en armes : l’impulsion est de son ressort. Encore une fois rappelons-nous : “La Défense ? C’est la première raison d’être de l’Etat. Il ne peut y manquer sans se détruire lui-même !” (général de Gaulle).  Nous y sommes. » »

Cette conclusion que je partage me fait m’interroger, n’avons nous pas là la limite du quinquennat ? Le président actuel, passé et futur, est dès le lendemain du second tour en campagne pour son deuxième mandat et donc n'osera s'engager sur du long terme ou bien avec juste quelques saupoudrages ...

Ensuite notre stratégie de défense ne doit pas souffrir des hésitations d’un chef de l’Etat, des "je t'aime, moi non plus" d'une Union Européenne qui n'a d'union que le nom. La stratégie de notre défense doit s'inscrire dans une vision plus large sur les bases d'une France qui aura (re)pris conscience qu'elle est toujours une grande puissance et que ce fait elle doit assumer et assurer un certain rang.

Sans avoir attendu le massacre du 14 juillet, j'ai fait des propositions concernant la lutte immédiate contre ce que je nomme le terreau terroriste sur le territoire national. Mais il est clair que celles-ci doivent être l’une des pièces du puzzle car si d'un côté on ne prend pas en compte le côté sociétal plus profond qu'est la perte des repères éducatifs, historiques, moraux, économiques, religieux, nous serons dans un cercle sans fin.

Il en est de même à l'extérieur. On ne peut jouer les "libérateurs" sans en avoir les moyens militaires mais aussi sans avoir eu une réflexion minimale concernant l'avenir des pays du Moyen-Orient, du Maghreb et d'Afrique. Alors certes nous savons que la philosophie dans ces pays n'est pas la notre, il faut donc accepter certaines entorses à notre vision de la démocratie par exemple mais il ne faut pas pour autant oublier d'accompagner à la reconstruction.

Le chantier s'annonce immense pour le prochain chef de l'Etat. Un chef de l'Etat qui devra oser changer de logiciel et en finir avec la politique du renoncement que nous connaissons depuis plus de 30 ans.

Posté par david saforcada à 11:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 juillet 2016

Les Républicains devraient revoir les chiffres ...

M Sarkozy comme l'ensemble des candidats à la Primaire des Républicains mais aussi tous les cadres de ce parti ainsi que de l'UDI devraient se souvenir que de 2007 à 2012 ils ont été au pouvoir. Combien de candidats, d'élus et de cadres actuels étaient déjà ministres, parlementaires ? Beaucoup ! Sans oublier Nicolas Sarkozy Président de la République.

Ceux sont les mêmes qui aujourd'hui réclament des effectifs de police et de gendarmerie supplémentaires, les mêmes qui fustigent l'amateurisme du gouvernement et du Président actuel. Je pourrais être totalement d'accord avec eux si ces femmes et ces hommes n'étaient pas coupables de ce qu'ils reprochent messieurs Hollande et Valls.

Il n'y a pas besoin de grand discours, juste regarder les chiffres. Petit rappel pour tous les Républicains et leurs "alliés".

 

13775528_10209430088416492_7527159684129012255_n

13680648_10209430088696499_1059856103931335467_n

13731750_10209430088216487_517861978818831246_n

 

Posté par david saforcada à 18:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Servir ? Oui mais la France !

operation_daguet_225x165

« Je vous promets des larmes et du sang » avait dit Winston Churchill en 1940, c’est un peu ce que Manuel Valls a tenté de dire lui aussi. A la différence que le Premier des Britanniques avait su joindre à cette promesse les moyens de rendre à l’ennemi, de l’époque, la même chose mais multipliée par 1000 … Pour la France ce sera la prolongation de l’état d’urgence qui, vu son efficacité globale, est plus un état de déshérence. A quoi bon l’état d’urgence si on ne prend pas à côté de celui-ci certaines mesures d’urgences qui s’imposent.

Ces mesures, qui n’empêchent pas de réfléchir sur un temps plus long à la reconstruction d'une véritable assimilation de tous au creuset national, doivent être prises maintenant. Ces mesures doivent viser à l’éradication du danger terroriste islamiste sur notre sol couplé à une véritable guerre à l’extérieur. Tout cela demande du courage et des moyens, seulement nous n’avons ni l’un ni l’autre ou si peu.

M Cazeneuve a lancé un appel aux volontaires « patriotes », ces mêmes patriotes que l’on montrait du doigt il n’y pas si longtemps en les traitant de fachos … Ce monde politique est fou, non ? Fou car il appelle à l’aide aujourd’hui ceux qu’il fustigeait hier. Fou car rien n’est prêt pour gérer un tel appel…

Mais comme je me considère comme l’un de ces patriotes, j’irai donc voir de quoi il en retourne avec la Réserve Opérationnelle. Non pas pour obéir à ce gouvernement mais tout simplement pour servir. Si cet engagement, que je souhaite, peut permettre à un militaire d’active de gagner un peu de temps pour s’entrainer, pour se reposer afin d’être utile ailleurs alors ce sera déjà une bonne chose. Je suis conscient que ce n’est rien si comme je l’ai dit les bonnes mesures ne sont pas prises mais ancien soldat je ne peux « déserter ». J’ose espérer qu’ils seront nombreux tous les politiques braillards à joindre le geste à la parole et ce d’autant plus que vu le cursus, et l’âge, de beaucoup, de beaux grades les attendent … Pour ma part, rendez-moi mon ancre d’or et je serai comblé !

Posté par david saforcada à 09:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 juillet 2016

Message pour la France

resist

J'ai reçu ce matin le message de soutien, émouvant, d'un jeune étudiant bonapartiste. Je ne peux m'empécher de vous le faire partager. Son auteur a souhaité rester anonyme, qu'importe ...

« Je suis étudiant en école de commerce, je suis un jeune comme beaucoup d'autres, mais contrairement à beaucoup justement, je refuse de voir notre belle patrie se disloquer de la sorte ; contrairement à beaucoup je refuse que notre pays soit précipité vers l’abîme sans point de retour vers lequel nous dirige la classe politique depuis une cinquantaine d'années.

J'aime mon pays plus que tout, j'aime ma liberté, j'aime avoir le droit de vivre, mais chaque jour qui passe, l'ensemble de ces droits et liberté si chèrement acquises par nos anciens via le prix du sang sont bafoués et souillés par des gens entraînant le chaos et la désolation, qui disent combattre aujourd'hui le monstre qu'ils ont eux-mêmes crée, par des gens qui mettent genou à terre face aux terroristes.

Pour cette raison, j'appelle à une prise de conscience, à ce que nous, patriotes français, fils de la Révolution et de notre glorieux passé, faisons comprendre au reste de la population, que leur destin ne se trouve pas sur le chemin qui leur est imposé depuis un demi-siècle, une seconde voie est possible, cela ne peux s'exprimer que par un vote aux élections pour des gens aimant notre pays, prêts à se plier en quatre pour lui, et non pour des gens qui l'utilisent pour les avantages de ces derniers, non pour des gens qui le traînent dans la boue par du laxisme et par l'abandon du peuple français.

Mes chers concitoyens, je vous invite à partager ce cris du cœur, venant d'une personne lambda, et qui, j'en suis sûr, exprime la pensée de milliers, voire de millions de Français et de Françaises, qui n'en peuvent plus du poids des erreurs et des trahisons commises par nos dirigeants.

La France a toujours relevé la tête, elle le refera. Vive la France. »

 

Posté par david saforcada à 14:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Il faut éradiquer le terrorisme et l'intégrisme islamiste.

France Bonapartiste exprime sa profonde tristesse et colère suite à l’attentat de Nice.

Nos pensées vont aux victimes et à leurs familles, ainsi qu’aux secouristes et force de l’ordre.

L’état d’urgence faible ne sert à rien: Il faut taper fort, désigner l’ennemi de l’intérieur et éradiquer cette menace et tout ce qui permet à nos ennemis islamistes de se développer.

Nous sommes en guerre depuis les années 90, sauf épisodiquement rien n’a été fait, négocié, planifié dans ce sens.

Nous rappelons nos propositions et les actions qui doivent être prises immédiatement.

*Interdiction d'entrée sur le territoire national des Tarik Ramadan et autres "prédicateurs" islamistes.

*Dissolution de l'UOIF

*Expulsion de tous les imams et autres prédicateurs étrangers prônant la haine, l'obscurantisme et l'intolérance.

*Incarcération immédiate de tous les fichés S de nationalité française, expulsion des autres.

*Fermeture de toutes les mosquées salafistes.

*Prêches en français obligatoires dans toutes les autres mosquées.

* Contrôle très strict des écoles coraniques et fermeture de celles ayant des dérives sectaires.

*Impossibilité de retour (sous toutes les formes) sur le territoire national des Français partis rejoindre l'Etat Islamique ou toute autre organisation.

*Abrogation du traité de Schengen et contrôle réel rétablit à toutes nos frontières.

Voila les premières mesures à prendre avant toutes autres considérations. Si nous sommes en guerre il faut joindre les actes à la parole.

Posté par david saforcada à 13:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,