David Saforcada pour 2017.

28 août 2016

Une autre politique agricole.

20150618_092134

Il faut proposer une politique agricole en rupture avec les structures et les politiques du passé qui ont échoué. Cette nouvelle politique doit reposer sur un contrat entre agriculteurs et citoyens, les premiers garantissant la sécurité alimentaire des seconds en échange de prix rémunérateurs leur permettant de vivre de leur travail. Notre agriculture, comme celle des autres pays d’Europe et ceux en voie de développement, est victime des règles du commerce international. Cette soumission à l’OMC favorise les plus bas prix au niveau mondial au détriment des productions locales. La Politique Agricole Commune s’est peu à peu transformée dans l’objectif de se conformer à ces règles pourtant destructrices et dangereuses pour notre sécurité alimentaire et pour notre monde agricole. L’agriculture ne peut être traitée comme l’industrie dans les négociations commerciales car elle a rôle vital pour les hommes.

Notre agriculture doit devenir un secteur stratégique garantissant à la France son indépendance et redonnant à nos agriculteurs la place qui a toujours été la leur au cours de notre histoire.

Les orientations que nous proposons sont les suivantes :

  • Une autre PAC, basée sur la préférence communautaire et la régulation des productions et des marchés, avec des prix couvrant les coûts de production.
  • Exception « agriculturelle » à l’OMC, pour que l’agriculture ne soit plus soumise à l’absurdité dramatique des règles ultra-libérales du commerce mondial.
  • Allègement et uniformisation des contraintes au sein d’une nouvelle organisation européenne (fiscalité, social, environnement), rétablissant l’équité entre Etats membres et réduisant la charge administrative et la pression des contrôles.
  •  TVA sociale sur les produits agricoles.
  • Equilibrage et maîtrise des productions et mobilisation de la recherche pour sécuriser notre indépendance alimentaire.
  • Défense de la bio diversité.
  • Obligation aux centrales d’achat de se fournir auprès des producteurs nationaux en imposant des quotas par produit.
  • Politique en faveur des circuits courts de commercialisation.
  •  Installation facilitée des jeunes agriculteurs (report des emprunts, durée d’amortissement des élevages ou des cultures, etc.).
  •  Porter le minimum de retraite des agriculteurs ayant une carrière complète à 85% du SMIC net.
  • Harmoniser la retraite des conjoints ayant participé à l’exploitation avec celle du chef d’exploitation.

Posté par david saforcada à 11:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

25 août 2016

Ecoliers, nous sommes en guerre, cachez-vous !

Les mesures prises par le gouvernement afin de sécuriser les établissements scolaires partent d’un bon sentiment mais semblent avoir une guerre de retard. Je ne sais pas qui conseille M Cazeneuve et Mme Vallaud-Belkacem mais il va falloir que ces personnes se mettent à la page.

Ils ont en effet une guerre de retard tant le terrorisme, les terroristes, ont changé. Dans les années 70 ou 80, la majorité des terroristes faisaient de l’action sanglante un moyen de pression mais ils ne cherchaient pas à en tirer un « bénéfice » personnel immédiat en sacrifiant leur vie. Aujourd’hui, nous avons face à nous des « fous de dieu » pour qui la mort est la récompense, une mort qui est la fin voulue et préméditée. Face à ces gens là, des exercices de confinement, des portiques, des caméras, ne servent à rien.

Tout cela est utile pour stopper de potentiels assaillants n’ayant pas pour but de se suicider, même si cela leur ouvre aussi d’autres pistes d’attaques contre les « écoles » comme la sortie ou l’entrée des élèves, les pauses cigarettes, les récréations, etc …,  mais ne sert à rien face à un attaquant déterminé à tuer mais surtout à mourir. Cet attaquant ne reculera pas s’il a programmé son action « tel jour, à telle heure ».

Pour réagir à une attaque il faut avoir des moyens humains. Des moyens sous forme d’agents de sécurité armés, formés à ce type de situation. Des agents de sécurité capable de stopper, ou au minimum de freiner, un ou plusieurs terroristes. J’entends déjà les cris des bien-pensants mais des cris n’ont jamais arrêté une Kalachnikov ou un poignard. Une sécurité humaine couplée à une sécurité « électronique » qui, certes à un coût, est synonyme de meilleure sécurité même si le risque zéro n’existe pas.

Nous sommes en guerre comme le disent beaucoup, ayons alors une défense adaptée si nous n’avons pas encore le courage politique de l’offensive.

22 août 2016

Il faut "bouger" la Constitution.

Si la constitution de la Vème République recueille l’adhésion des bonapartistes, celle-ci ne nous fait pas perdre de vue que certaines modifications s’imposent.

  • Retour au septennat pour la présidence de la République.
  • Fusion du Sénat et du Conseil Economique Social et Environnemental.
  • Réduction du nombre des parlementaires.
  • Suppression des régions.
  • Autorisation du cumul des mandats mais non du cumul des indemnités.
  • Cumul des mandats autorisé pour les maires jusqu’à un seuil maximal d’habitants (reste à définir).
  • Modification de l’article 89 de la Constitution en supprimant le droit accordé au Congrès de ratifier tout traité.
  • Interdiction de tout recours au Congrès pour faire ratifier une proposition soumise à référendum et rejetée par le Peuple.
  • Inscrire dans la Constitution que le droit de vote et d’éligibilité est soumis à la nationalité française et ce quelque soit le type d’élections.

Concernant le "référendum d'initiative populaire" si j'y suis favorable au niveau local, je le suis moins au niveau national car je pense qu'il ne doit pas être employé à tout propos et pour n’importe quoi. Pour moi, le référendum doit toucher, principalement, à deux domaines d’importance « l’existence et l’indépendance de la Nation » et « la nature et bases fondamentales du régime ». Le référendum, au niveau national, doit rester la prérogative du Chef de l’Etat.

17 août 2016

Aux journaux étrangers, je dis le mot de Cambronne ...

Il semblerait que la réaction des Français face au burkini soit clouée au pilori par de nombreux médias à travers le monde.  

Mais qui critique ? Les médias ou bien les peuples de ces pays ?

Il serait temps, ici comme ailleurs, de comprendre que les médias ne font plus la pluie et le beau temps mais que surtout ils ne représentent plus qu'eux même ...

Si les journaux de ces différents pays avaient l’honnêteté d’aller au devant de leurs concitoyens, et non de vivre dans leur bulle, ils auraient sûrement une drôle de surprise, ils prendraient une sacrée claque.

La France gêne, elle gêne les « élites » mais reste un phare pour les peuples. Et si nous avions le monde contre nous, ce ne serait pas une raison pour baisser le pavillon de la résistance !

Posté par david saforcada à 09:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Burkini

Dans ce pays, en plus du complexe de l’autruche, nos politiciens sont, quasiment tous, dans la politique du crocodile « grande gueule et petits bras ». L’emballement autour du burkini nous le montre clairement. Il faut dire les choses clairement sur ce sujet (et sur bien d'autres d’ailleurs) ...

Le "burkini" n'est pas une tenue de bain mais un des "étendards" de l'islam radical et doit donc être interdit totalement sur l'ensemble du territoire. Il n'y a pas de raison d'en parler durant des semaines, il suffit simplement de faire preuve d'autorité. Tout le reste n'est que gesticulation

Il faut arrêter avec le pseudo courage et l'hypocrisie de nombreux politiques qui sortent les muscles sur cette affaire mais qui sur le reste ne feront rien de plus.

Posté par david saforcada à 09:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 août 2016

Violences contre les "asiatiques", ça suffit !

Je n’ai pas voulu réagir, immédiatement, à l’agression puis au décès de M ZHANG à Aubervilliers pour ne pas tomber dans le cliché de la récupération.

Beaucoup ne le savent pas mais j’ai une certaine proximité avec l’Asie et avec les Français d’origine asiatique. J’ai d’ailleurs participé à la création de l’association « la Voix des Oubliés d’Indochine ».

Ceci étant dit, je condamne avec la plus grande fermeté cette agression mortelle et je présente mes plus sincères condoléances à la famille, aux proches, de monsieur Zhang.

Mais au-delà de ce drame, je tiens à apporter tout mon soutien à l’ensemble des Français d’origine asiatique mais aussi à tous les asiatiques installés dans notre pays car, dans un silence assourdissant, ils subissent tous les jours violences physiques et verbales intolérables. Assimilés, travailleurs, discrets, ils dérangent une certaine population qui par jalousie, bêtise, racisme aussi, leur fait porter le chapeau de son échec. La réussite honnête dérange dans certains quartiers !

Il est temps de faire sauter la chape de plomb qui recouvre ces situations intolérables !

"Allocation rentrée", il faut changer la forme de distribution.

L'allocation de rentrée scolaire va être distribuée, dans les prochains jours, à de nombreuses familles. Cette allocation, il n'est pas question d'y toucher dans son principe tant elle est importante pour assurer à beaucoup d'enfant une rentrée des classes dans d'assez bonnes conditions matérielles. Par contre, il faut en changer la forme de distribution.

Avec France Bonapartiste nous proposons,depuis des années, que cette allocation soit donnée sous forme de chèques "école et sport" (sur le modèle des chèques vacances ou culture) et utilisables uniquement pour l'achat de fournitures scolaires, de livres, d'équipements pour la pratique d'un sport ou enfin l'inscription dans une activité sportive ou culturelle. 

Cette allocation n'a pas vocation à autre chose que d'assurer un début d'année scolaire facilité à de nombreux enfants, ne l'oublions pas.

Posté par david saforcada à 10:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 août 2016

Ne pas subir !

Les annulations, en cascade, d'événements festifs aux quatre coins de l’Hexagone sont un message fort envoyé à nos ennemis. Un message fort de faiblesse. Il n’y a même plus besoin de meutes de « panzers » pour semer l’effroi voire la panique,  Une vingtaine de gugusses a réussi à faire mettre un genou à terre à un pays de 60 millions d'habitants. Il ne s’agît pas de manquer de respect aux victimes des attaques islamistes mais il faut être capable de relativiser. Les terroristes sont en train de remplir leur mission : terroriser. Terroriser un peuple mais surtout terroriser la tête de l’Etat et là c’est très grave.

Là où il faudrait être dans l'offensive, ne pas laisser respirer l’ennemi, aller le chercher dans ses moindres retranchements, nos gouvernants nous enferment dans une "ligne Maginot" qui ne change rien à la menace. A quoi bon des militaires dans les rues si leur présence ne permet pas de libérer policiers et gendarmes pour qu’ils passent à l’offensive ? A quoi bon appeler à la mobilisation si les « bataillons » restent l’arme au pied ? A quoi bon construire des « fortifications » si l’ennemi est déjà à l’intérieur ? Pasqua disait qu'il fallait terroriser les terroristes. Nous en sommes loin ...

Actuellement, nous sommes en guerre sur trois fronts aux contours assez bien établis. Le Sahel, une partie du Moyen-Orient et le territoire national. Laissons de côté les fronts extérieurs, réservés à nos militaires et concentrons-nous sur le front intérieur. Nous savons tous que les recrutements de policiers, de gendarmes et de réservistes ne se font pas en un claquement de doigt et encore moins leurs formations, il faut donc faire avec les effectifs actuels sans chercher d’excuses. Il faut surtout oser faire appliquer la loi, partout et pour tous, et prendre des mesures fortes contre les islamistes. Incarcération de tous les fichés S Français, expulsion immédiate de tous les fichés S étrangers, expulsion immédiate de tous les imams intégristes étrangers et incarcération des nationaux. Dissolution de l’UOIF et de toutes les associations connues pour leur proximité avec des salafistes et autres islamistes. Saisie de tous leurs biens. Interdiction de retour pour toutes celles et ceux partis rejoindre l’Etat Islamique ou tout autres organisations. S’attaquer à l’internet islamiste. Voilà des mesures « simples » qui ne demandent que du courage.

Cette guerre doit se gagner « militairement » ici mais elle doit aussi se gagner socialement. Il faut reconquérir les territoires perdus de la République. Cette reconquête passe par l’Instruction Nationale, par l’assimilation, par le mérite. Il faut être offensif partout même si cela est long et difficile. Les fondations ne sont pas encore vermoulues, il reste un espoir …

Ne pas subir, tout simplement !

09 août 2016

Sécurité citoyenne

En vacances quelques jours à Paris, en visitant certains musées ou en me promenant simplement dans les rues, je me suis demandé à plusieurs reprises quelles seraient les ripostes immédiates à une attaque terroriste (je ne reviendrai pas sur mon "test" de la sécurité, le sujet n'est pas tout à fait le même) du style de celle du musée juif de Bruxelles ou bien du centre commercial de Munich. (je ne reviendrai pas sur mon "test" de la sécurité, le sujet n'est pas tout à fait le même). Certes dans la capitale, les forces de sécurité sont présentes mais elles ne le sont pas partout et tout le temps donc il faut être capable de réagir immédiatement à une menace.

Pour cela, pourquoi ne pas armer (en priorité) les anciens militaires (priorité aux réservistes niveau 1 puis 2 ), les agents de sécurités privés et tous les moniteurs de clubs de tir en plus des Forces de l'Ordre hors service ? Il n'est pas possible que dans toute la foule j'ai croisé au Louvre, à la Tour Eiffel, sur les grands boulevards, etc, il n'y avait pas des femmes et des hommes capable de porter une arme et surtout de s'en servir.

Je prends le cas de Paris mais cela est aussi valable pour l'ensemble du territoire, que ce soit en ville, à la plage ou ailleurs.

Il ne s'agit pas d'armer toute la population mais de permettre de sécuriser celle-ci tout en envoyant un message fort "nous sommes en guerre, nous la ferons partout et tout le temps".