Le Président du parti Debout La France, Nicolas Dupont Aignan s’indigne à juste titre du versement d’un dividende de 15 millions d’euros aux actionnaires chinois de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac.

"Médiapart vient de révéler que les actionnaires chinois de l’Aéroport de Toulouse-Blagnac récemment privatisé vont se servir jeudi un dividende exceptionnel de 15 millions d’euros. L'Etat français a ainsi décidé de donner son feu vert à cette opération scandaleuse."

Cependant, les cadres locaux de Debout La France, Laurent Casbas et Olivier Arsac adjoint à la sécurité du Maire de Toulouse saluent dans un communiqué sur les réseaux sociaux la position de Toulouse Métropole qui a également donné son feu vert.

Cette opération ne leur paraît pas aussi scandaleuse qu’à leur Président et ils se félicitent de l’obtention d’une minorité de blocage. Sauf que celle-ci était une promesse qui figurait dans la lettre de novembre 2014 adressée par le futur investisseur aux collectivités et garantie en juin 2016 par Anne-Marie Idrac, présidente du conseil de surveillance, représentante des actionnaires majoritaires Casil Europe. Elle aurait donc pu être ajoutée aux statuts sans contrepartie.

Toulouse Métropole positive en mettant en avant les 750, 000 euros qui permettront de financer une partie de la 3ème ligne de metro.

N’est-ce pas la mème logique pécuniaire qui a conduit le gouvernement socialiste a brader l’aéroport ?

Pourquoi cette position de DLF31 en totale contradiction avec celle de DLF national si ce n’est pour conserver une place d’élu au sein de la majorité Moudenc ?

Alors que Nicolas Dupont Aignan clame haut et fort qu'il faut faire le ménage dans la classe politique, sa fédération locale ne fait que mettre la poussière sous le tapis et peut être se servir avant de servir.

Adeline Guibert
France Bonapartiste