Mesdames et Messieurs les députés,

Le mercredi 18 janvier prochain, vous serez amené à examiner un projet  de loi  "autorisant l'approbation de l'accord-cadre entre le gouvernement de la République française et le gouvernement de la République de Maurice sur la cogestion économique, scientifique et environnementale relative à l'île de Tromelin et à ses espaces maritimes environnants".

Cette co-gestion ne cache qu’un futur abandon de la souveraineté française sur cette île. Notre pays peut gérer seule la zone économique exclusive entourant Tromelin et représentant 285 000 km². D’autant plus que l’île de la Réunion est située dans la même zone géographique. Aucun  besoin d’accord de co-gestion  administrative !

D’autres accords sont possibles pour garantir la protection de l’environnement, la gestion des ressources halieutiques, l’observation des phénomènes naturels et la recherche archéologique.

Pourquoi abandonner notre patrimoine qui pourrait contenir du pétrole, du gaz et des nodules polymétalliques et constituer une manne économique qui pourrait aider notre Outre-Mer ?

L’île de Tromelin est française !

Vous avez le devoir de réaffirmer la souveraineté française sur Tromelin.

Vous avez le devoir de préserver et développer notre Outre-Mer.

Vous avez le devoir de garantir toutes opportunités économiques.

Vous avez le devoir de défendre la souveraineté nationale et la grandeur de la France en ne ratifiant pas ce projet de loi qui engendrerait d’autres revendications plus néfastes.

Les acteurs d'un vote positif, le 18 janvier 2016, seront marqués du sceau de l’infamie  comme ceux du 10 juillet 1940 ou ceux qui ont ratifié le Traité de Lisbonne.

David Saforcada, candidat à l’élection présidentielle 2017

Adeline Guibert, responsable du projet Politique Extérieure France Bonapartiste

Conseil National Bonapartiste