15 février 2017

L'adoption du CETA est une forfaiture !

C'est avec une colère contenue que je condamne l’adoption, aujourd’hui, de l’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada. Comment peut on à ce point vouloir le pire ? Avec mes compagnons de France Bonapartiste, nous nous désolons de voir la grande majorité des députés Européens dire oui au CETA. Des députés qui ont, une nouvelle fois, cédé aux sirènes du libre-échange le plus fou. A l’heure où nos agriculteurs connaissent une des périodes les plus sombres de leur histoire récente, à l’heure où il faudrait... [Lire la suite]
23 décembre 2016

Libre-échange, ils n'ont que ça en tête ...

L’Union Européenne est totalement folle, elle nous le prouve une fois de plus concernant l’accord de libre-échange entre le Maroc et l’Union Européenne. Cet accord, signé en 2012, était une bombe lancée contre les producteurs de fruits et légumes français mais aussi espagnols. Le Tribunal de l’UE avait annulé cet accord en décembre 2015 pour des motifs de politique internationale et nous ne pouvions que nous en féliciter. Mais c’était sans compter sur la Cour de justice européenne qui cassé la décision du Tribunal à la demande de... [Lire la suite]
10 décembre 2016

Le bonapartisme, un patriotisme social.

Parler aujourd'hui de l'économie, c'est nécessairement parler de la mondialisation, de l'ouverture des frontières, du libre-échange international, de la concurrence et des sacrifices à faire en retour. De la France et des Français, il n'en est plus question. Pourtant, pour nous, les bonapartistes, au début, il y a la France et les Français. Dans ce contexte de mondialisation, la voix des Napoléon résonne comme un appel à la résistance : il est temps, nous dit cette voix, de reconstruire ce lien social absolu qui unit la nation, le... [Lire la suite]
Posté par david saforcada à 18:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
27 septembre 2016

Mettre en place un protectionnisme intelligent et une véritable politique de réciprocité

A.   Défendre notre économie face à la concurrence déloyale : Il ne s’agit en aucune façon d’isoler totalement la France de la concurrence extérieure par un protectionnisme illimité. Il s’agit seulement de mettre fin aux effets désastreux d’un libre-échangisme mondialiste sans limites et d’une libération inconditionnelle des mouvements de capitaux qui en l’absence d’institutions appropriées ne cessent de développer leurs effets pervers. Il s’agit de réaliser une situation permettant de protéger, là où il est nécessaire,... [Lire la suite]